Actualité la Bussière – 86310 –

Le « Deux poids, deux mesures » du Maire de la Bussière.

Quelque 400 teufeurs se sont retrouvés il y a quelques mois le temps d’un week-end à la Bussière au cœur de la Vienne . Un rendez-vous jugé trop bruyant et… décadent par le Maire de la commune plus habitué il est vrai à la musique militaire et à tenir ses administrés le doigt sur la couture, qu’à voir défiler la jeunesse française dans la grisaille de ses rues.

Une rave-party gratuite organisée sans demande d’autorisation préalable (la loi n’obligeant les organisateurs à déclarer l’événement qu’à partir de 500 participants), à propos de laquelle le Maire prétendra lors de propos rapportés par la presse régionale, avoir reçu « une douzaine de coups de fil, de Bussiérois qui se plaignaient du bruit. Des vacanciers (auraient) même quitté le VVF à cause des nuisances sonores (…) »

 

 

Un rassemblement qui n’aurait pourtant pas été pour déplaire à Gilbert Bécaud, ancien habitant de la commune et première vedette française à avoir vu des fans casser des fauteuils à l’Olympia.

 

 

« j’ai prévenu les gendarmes »,reprendra le premier édile, avant de ce rendre sur place : « Je voulais leur parler, leur dire surtout que je n’étais pas du tout d’accord avec ce genre de manifestation et que je ferais tout ce qui est en mon pouvoir pour que ça ne se renouvelle pas.

Au final ? – « J’avoue qu’ils m’ont fait bon accueil et se sont montrés sympathique. »

Un accueil jugé plutôt chaleureux qui ne dissuadera pas le détenteur de l’autorité de faire intervenir la compagnie de gendarmerie de Montmorillon, le peloton de surveillance et d’intervention de la gendarmerie (PSIG) et l’escadron départemental de sécurité routière accompagnés d’un chien de détection, pour effectuer des contrôles le dimanche et lundi.

Bilan du déplacement de la grande armada aux frais du contribuable: 5 détentions de stupéfiants, 4 conduites sous alcool ou stupéfiants, trois faits de tapages diurnes et deux nocturnes relevés. Un bilan maigrichon et bien ordinaire si de tels moyens étaient déployés à la sortie des banquets organisées par la commune.

Des débordements de décibels bien innocents et sans grandes conséquences pour un rassemblement organisé dans une clairière au milieu des bois à l’écart du village. Des faits qui vaudront néanmoins au propriétaire du terrain une convocation en bonne et due forme de la part du Maire pour lui signifier tout le bien qu’il pense de notre jeunesse.

« (…) c’est une parfaite décadence culturelle. La musique qu’ils écoutent n’a aucune ligne mélodique, pas de médium, ni d’aigus, que des basses. Et puis, surtout j’ai vu circuler de l’alcool et de la drogue. »


Un état de fait que ne conteste pas Axel Thevenet, propriétaire des terres qui, après avoir rappelé qu’il mettait gracieusement et par amitié pour la cinquième fois son terrain à disposition des organisateurs, déclarait : « Il ne se passe jamais rien dans la commune. C’est bien de temps en temps de faire «  chier  » le peuple. Pourquoi pas, même, envisager la tenue récurrente d’un festival électro. »

Un projet, auquel ne souscrit bien évidemment absolument pas le maire de La Bussière qui rappellera qu’à l’avenir « Il fera tout pour que ce genre d’événement ne se renouvelle pas (…). »

La décadence version Eric Viaud, Maire de la Bussière (86310) …

« Dans un pays où on cherche des Pokémons, il est évident qu’on oublie Hugo, Jaurès, Rousseau ou encore Montherlant »estime Éric Viaud, maire de La Bussière, qui y voit une décadence et une déshérence culturelle à mettre aussi au compte de la free-party de ce week-end où « j’ai vu des jeunes le regard vide hochant la tête devant un mur d’enceintes ».

Passant du rave à la réalité, rappelons que plus de 200 habitants des environs se sont à leur tour élevés contre les accès de décadence de Mr le Maire.

Un Maire qui souhaite faire installer au dessus des vestiges de l’ancien Prieuré fontevriste du XIIe siècle de la Puye, 9 éoliennes de 180 m de haut. Au cœur du « Triangle d’or historique de la Vienne », entre les fresques millénaires de l’abbaye de St Savin classées au patrimoine mondial de l’UNESCO, la cité médiévale de Chauvigny (un site unique en Europe avec ses 5 châteaux posés sur un éperon rocheux) et les sculptures pariétales (- 15 000 ans) d’Angles sur anglin. Des éoliennes installés le terrain d’un bijoutier Chauvinois, un entrepreneur du Blanc (36), et un dame de Poitiers. Aucun des 3 n’habitant la commune et n’ayant pas à subir les effets sur la santé de ces bombes à retardement. Les 3 étant néanmoins assuré de touché de 6 à 8,000 euros par éolienne.

Et vous osez parler de décadence des mœurs de la jeunesse Monsieur le maire ?

Pauvre France !!! A quand une nouvelle Rave à la Bussière …

Avis aux amateurs