Angles sur l’anglin

Ancienne place forte posée sur un éperon rocheux au carrefour des provinces du Poitou, de Touraine et du Berry,  Angles sur l’anglin comptait au recensement de 2014 un peu plus de 380 habitants.

Située au cœur d’un territoire formant avec les fresques de son Abbaye de St Savin (inscrites au patrimoine mondial de l’UNESCO), la cité médiévale chauvinoise ou les vestiges de l’ancien Prieuré Fontevriste du XIIe siècle de la Puye, le triangle d’or du tourisme Poitevin. La commune passe pour être, à juste titre l’un des incontournables du département de la Vienne (86).

 Un espace préservé s’étendant sur 1475 hectares, régulièrement classé parmi les plus beaux villages de France. Posé sur un écrin de plaines vallonnées, massifs verdoyants et falaises plus ou moins abruptes.

 L’intérêt stratégique du site apparaît au grand jour au début du XIe siècle avec l’édification d’une forteresse dont les ruines offrent aujourd’hui un panorama exceptionnel sur les ruelles étroites et maisons de tuiles plates de la commune.

Libéré par Duguesclin suite à son occupation par les troupes anglaises durant la guerre de cent ans, le village connaitra de nombreux bouleversements au fil des siècles.

Comptant jusqu’à plus de 1700 habitants dans les années 1830 (4 fois plus qu’aujourd’hui) avant d’être frappée de plein fouet par l’épidémie de  phylloxéra qui détruira la majorité des vignobles de la région durant la seconde moitié du XIXe siècle ; la commune devra sa renommée du milieu du XIXe siècle aux années 1960 à la broderie.

Voir le site: dentelle-poitevine.org

Aux « jours d’Angles », une technique de broderie employée sur le linge de maison et les vêtements qui connaîtra son heure de gloire durant l’Entre-deux-guerres avant de devoir faire face à la concurrence industrielle.

A voir :

          Le manoir des Grands Breux, jadis propriété des Du Plessis, présente une architecture de la fin du 15e siècle.

          Le manoir de Chavanne qui possède une tour d’escalier du 15e ou 16e siècle.

          L’église paroissiale Saint-Martin fin du 11e siècle.

          Le château des Certeaux date de la fin du 18e siècle

          Le Roc aux sorciers : Site préhistorique considéré comme le « Lascaux de la sculpture » mis à jour après la seconde guerre mondiale. Formant un ensemble unique en Europe, d’animaux sauvages sculptés dans la pierre (bouquetins, bisons…) au sein d’une fresque datant de – 15.000ans.