Bignoux (86800)

Sortir des ornières de l’histoire
Avec un territoire courant sur plus de 1450 hectares dont près de 300 empruntés au massif forestier de Moulière*. Le tiers des habitants âgés de moins de 20 ans et une densité de population deux fois inférieur à la moyenne nationale ; Bignoux apparaît comme l’une des communes les plus dynamiques en terme d’accroissement démographique. L’une des plus prometteuse aussi, au cœur de la toute jeune agglomération urbaine de Poitiers.

Née de la présence supposée d’anciens bains romains sur ses terres. Baignos (endroit où l’on se baigne) qui deviendra successivement Baigneoux au XVe siècle (…), Begnoux et pour finir Bignoux au lendemain de la révolution française, aura vu sa population tripler ces 40 dernières années, pour se stabiliser aujourd’hui aux alentours de 1 100 habitants.

Des actifs travaillant pour l’essentiel dans le plus important bassin d’emploi du département, et une commune qui aura longtemps su se satisfaire de sa taille humaine avant de prendre conscience de son potentiel et entrer ces dernières années dans une nouvelle ère.

Une ère moderne conjuguant la préservation d’un cadre unique tourné vers le maintien des services de proximité et un tissu associatif ou économique ambitieux (…), à un environnement exceptionnel propice aux belles randonnées sur le parcours balisé de ses espaces préservés**.

Avec un patrimoine civil couvrant une part essentiel de son histoire. Une bonne dizaines de sites à découvrir, au rang desquels citons les châteaux des Martins ou de Lirec, la maison noble de Champôt, le manoir de la Grande Foye du XIIIème siècle et le logis de Château Fromage du XIe siècle, la commune mérite largement le détoure.

Un détour offrant qui plus est, aux détectives en herbes, la possibilité de résoudre l’un des mystères les plus jalousement conservé se rapportant à la construction de son église. Un édifice du XIXe siècle placé sous le vocable du premier évêque de Poitiers, offrant la particularité de n’avoir qu’une cloche malgré la construction d’un clocher prévu pour en recevoir deux.

La légende prétend qu’après s’être embourbé en Moulière et avoir imploré le diable de perdre dans la Bignolas les cloches qu’il transportait ; le charretier chargé de les livrer de Châtellerault à Bignoux n’en ait plus trouvé qu’une en arrivant dans le bourg.

* Massif de Moulière avec ses 6 800 hectares boisés (réserve du Pinail comprise). Quatrième forêt de la région « Nouvelle Aquitaine », courant sur les communes de Bignoux, Bonneuil-Matours, la Chapelle-Moulière, Dissay, Liniers, Montamisé, Saint-cyr, Saint-Georges-lès-Baillargeaux et Vouneuil sur Vienne.

** 61% de la surface du territoire de la commune est couverte par des zones naturelles d’intérêt écologique, faunistique et floristique.