Bonnes

 L’événement incontournable du Mois
Après avoir pu donner le sentiment de s’être perdu durant quelques années entre Vienne et Moulière, au sein d’une communauté d’intérêts divers et variés; Bonnes qui comptait en 2014 un peu plus de 1700 habitants répartis sur un territoire de 3435 hectares, semble avoir enfin retrouvé le sens de son histoire.

Réconciliant ses deux rives autour d’un centre bourg attractif ; lequel apparaît dores et déjà comme l’une des belles réussites du moment, avec son réseau de commerces de proximité. Bonnes dont l’histoire semble étroitement liée à celle de sa rivière pourrait bien ces prochaines années connaître un développement inattendu au sein de la nouvelle agglomération urbaine de grand Poitiers.

Située à tout au plus une vingtaine de minutes de Poitiers et ouvrant sur un vaste territoire fait de plaines vallonnées et de vallées plus ou moins escarpées. Baignées par les eaux capricieuses d’une rivière (la Vienne) qui de tous temps aura portée son histoire et écrit sur ses murs quelques  unes de ses plus belles légendes*. Bonnes dont certains sites ou personnalités** mériteraient encore d’être mis en lumière, passe aujourd’hui pour être devenu l’un des incontournables du Pays chauvinois.

Citée pour la première fois dans les archives de l’abbaye de l’Étoile au milieu du XIIe siècle*** ; bien que quelques traces aient pu être relevée de l’époque gallo-romaine, l’histoire de la communes apparaît essentiellement influencée par celle de ses fiefs ou seigneuries dont les plus importants restent la châtellenie de Touffou et la seigneurie de Loubressay.

* L’église St Martial du XIIe siècle dont la légende prétend qu’elle aurait été construite sur les fondations (du gaulois « Bona » qui donnera « Bonis » au XIIe siècle, puis Bonnes) d’un ancien temple païen après le passage de St Martial. St Martial , évêque de Limoges qui dit-on, aurait ramené à la vie un enfant mort noyer dont le père (grand prêtre du temple) se serait alors convertit.

** « Madame Maïti ». Maïti Girtanner, résistante arrêtée et torturée pour avoir fait passer au péril de sa vie, la ligne de démarcation à de nombreux candidats à l’exil durant la seconde guerre mondiale ; à qui l’un des bourreaux viendra demander pardon 40 ans plus tard, et qui le lui accordera.

*** Un abbaye cistercienne aujourd’hui située sur la commune toute proche d’Archigny, que son fondateur, Isembaud de l’étoile avait dans un premier temps pensé installer à Bonnes, au lieu-dit « St Pierre en vaux » (devenu « St Pierre en haut »), où subsiste encore quelques éléments d’architecture à valoriser.

 

À voir :

    • le château de Touffou (XIIe siècle …), surplombant la Vienne. Labellisé « Monument historique » et « Jardin Remarquable » avec entre autre, sa chambre François 1er ornée de peintures murales, sa Tour de la Chapelle (salle de justice et cachots en sous-sol).
    • l’église St Martial du XIIe siècle
    • les ruines du Prieuré de St Pierre en vaux (St Pierre en haut) du XIIe siècle
    • Manoir de Loubressay XVIIIe siècle
    • Moulin du XVIe siècle sur la Vienne

Vous souhaitez enrichir l’article en  y apportant quelques précisions . Nous faire découvrir un détail de l’histoire ou du patrimoine de votre commune !!!

Code de sécurité:
security code
Merci d'entrer le code de sécurité:

Envoyer