Ligugé

         Point de départ de l’un des plus importants chemins de la chrétienté : l’ itinéraire dit de « saint Martin » qui passe  notamment par La Puye ou Angles sur l’Anglin, encore emprunté par de nombreux pèlerins (…)  Ligugé est connu pour l’installation sur son territoire d’un ermitage en 361 de notre ère qui donnera naissance au plus ancien monastère d’Europe occidentale.


                    Située à une dizaine de kilomètres au sud de Poitiers, la commune compte aujourd’hui plus de 3200 habitants et s’étend sur 2335 hectares, dont plus de 400 classés en tant qu’espaces naturels protégés.

                   Parmi les sites les plus remarquables, citons le Domaine dit « de Givray » (dans le cadre de la préservation des espèces) et ses 210 hectares de sentiers de randonnées. Le plan d’eau de la filature ou encore le horst de l’île du pont*.

                  Outre le kiosque à musique, quelques lavoirs ou autres belles demeures comme la gentilhommière du domaine de La Réauté, la commune vaut principalement le détour pour les vestiges de l’abbaye primitive du IVe siècle, la friche industrielle de l’ancienne filature, ou pour son patrimoine naturel comme ses forêts qui auraient inspiré au XVIe siècle à François Rabelais la fable du vénéré Bitard.

*horst : « Îlot granitique posé sur une mer de calcaire » tel se plaît à le définir Jacques Pasquier dans « la vienne à parcourir » paru chez « Geste éditions »)

Découvrir les Chemins de St Martin

 

Courant de Poitiers à Tours sur plus de 230 km. Passant par Ligugé, Saint-Martin la Rivière, la Puye, Angles sur Anglin (…), l’itinéraire historique ouvre sur plus de 80km de paysages et sites exceptionnels pour le seul département de la vienne (Voir la carte détaillée)
 

Voir la brochure de présentation 

La vie de St Martin

(l’ermite devenu évêque de Tours)

Né au IVe siècle de notre ère dans une province probablement située dans l‘actuelle Hongrie; d’un Père officier supérieur au sein de l’armée de l’empire romain. Bien qu’attiré par le culte encore balbutiant de la chrétienté, Martin se laisse convaincre d’embrasser la carrière de son père au sein de l’armé romaine.

Partageant un soir de l’hiver 334 à Amiens son manteau avec un mendiant, Martin renonce à la vie militaire et se fait baptiser.

Se rendant auprès d’Hilaire (évêque de Poitiers) en 356, mais ne pouvant obtenir le statut de prêtre, lequel lui est interdit du fait de son passé militaire, Martin s’installe à Ligugé où il créé un ermitage.

Rapidement rejoint par de nombreux disciples il fonde le premier monastère de Gaule.

En 371 à la mort de l’évêque de Tours, Martin est emmené contre sa volonté et proclamé nouvel évêque.

Il meurt à Candes le 8 novembre 397.

La légende veut que des fleurs se soient mises à éclore en plein novembre, au passage de son corps sur la Loire entre Candes et Tours où il sera inhumé. Donnant lieu à la naissance à l’expression « été de la St Martin »