Raid St Martin

Belle initiative s’il en est que celle du Conseil départemental de la Vienne, d’organiser les 22 et 23 juin 2018 la toute première édition d’un raid  aux couleurs de Saint-Martin.
Un parcours ouvert à toutes et tous; qui pour n’être référencé sur aucun des itinéraires officiels empruntés par le Saint-homme au IVe siècle (…) n’en reste pas moins intéressant à découvrir.

La promesse d’une belle épreuve (…)

150 km d’une course organisée en partenariat avec le ‘’stade poitevin triathlon’’, passant par Ligugé, Béruges, Vouillé, Mirebeau, Monts sur Guesnes, Loudun …. et Candes St Martin (37).
 (…) pour un grand raid aux faux airs de petit raccourci historique
Un tracé préféré par les organisateurs à celui passant par le « Triangle d’or historique de la Vienne »; Certifié « Itinéraire culturel par le Conseil de l’Europe »

 


Une épreuve purement sportive faisant l’impasse sur les 26 dernières années de la vie de St Martin; depuis son départ de Ligugé en 371 jusqu’à son décès à Candes St Martin en 397.
Un tracé ouvrant sur des paysages certes magnifiques, mais situés à plus de 50km de « l’itinéraire de St Martin de Tours » ( tracé emprunté par l’ermite en 371 entre Ligugé à Tours, ville dont il deviendra évêque).
Courant de Poitiers à Tours sur plus de 230 km. Passant par Ligugé, Saint-Martin la Rivière, la Puye, Angles sur Anglin (…), l’itinéraire historique ouvre sur plus de 80km de paysages et sites exceptionnels pour le seul département de la vienne (Voir la carte détaillée)
 
  • Eglise st Hilaire à Poitiers classée au patrimoine mondial
  • Abbaye de St Benoit
  • Chapelle du « Pas de St Martin » à Saint-Martin la Rivière (Valdivienne)
  • Abbaye de Ligugé (1er monastère chrétien d’occident créé au IVe siècle par St Martin).
  • Cité médiévale de Chauvigny, St Pierre les églises et ses fresques de l’an mil.
  • Vestiges du Prieuré fontevriste de la Puye, monolithe de la Pierre aux Fadets (plus ancien monument historique classé du Pays Chauvinois) et maison-mère de la congrégation des filles de la croix fondée par St André-Hubert et Sainte Jeanne-Elisabeth au XIXe siècle.
  • Les lieux fondateurs de la congrégation à St Pierre de Maillé: grotte de la cancéreuse, château de Molante, escalier du Bon Père, grange des Marsyllis
  • Forteresse d’Angles-sur-anglin et sculptures préhistoriques du « Roc aux sorciers » (- 15 000 ans), unique au monde.

Voir la brochure de présentation 

La vie de St Martin

(l’ermite devenu évêque de Tours)

Né au IVe siècle de notre ère dans une province probablement située dans l‘actuelle Hongrie; d’un Père officier supérieur au sein de l’armée de l’empire romain. Bien qu’attiré par le culte encore balbutiant de la chrétienté, Martin se laisse convaincre d’embrasser la carrière de son père au sein de l’armé romaine.

Partageant un soir de l’hiver 334 à Amiens son manteau avec un mendiant, Martin renonce à la vie militaire et se fait baptiser.

Se rendant auprès d’Hilaire (évêque de Poitiers) en 356, mais ne pouvant obtenir le statut de prêtre, lequel lui est interdit du fait de son passé militaire, Martin s’installe à Ligugé où il créé un ermitage.

Rapidement rejoint par de nombreux disciples il fonde le premier monastère de Gaule.

En 371 à la mort de l’évêque de Tours, Martin est emmené contre sa volonté et proclamé nouvel évêque.

Il meurt à Candes le 8 novembre 397.

La légende veut que des fleurs se soient mises à éclore en plein novembre, au passage de son corps sur la Loire entre Candes et Tours où il sera inhumé. Donnant lieu à la naissance à l’expression « été de la St Martin »