Sainte-Radegonde

 Sortir des ornières de l’histoire

Avec 1318 hectares de gâtines (terres incultes) et de plaines vallonnées balayées par les vents, Sainte Radegonde apparaît comme perdue au cœur de quelques-uns des plus beaux paysages du Poitou.

Quelques-uns des plus beaux sites aussi, au rang desquels  citons les vestiges du prieuré fontevriste de la Puye ou les ruines de l’abbaye de l’étoile d’Archigny.

Terre de légendes, le village tirerait son nom de Radegonde, reine de France, épouse de Clotaire 1er, qui dit-on, aimait tant venir prier dans l’église primitive du village qu’elle aurait fait réaliser au VIe siècle une chaussée pour franchir le lit marécageux de l’Ozon. Chaussée qui se réduira au fil des siècles à un alignement de 11 pierres* sur lesquelles la tradition locale aura longtemps  voulut voir l’empreinte du pas de la célèbre reine.

( *avant de disparaître définitivement à la fin du XXe siècle).

Mentionnée dés 1383 sous l’appellation « Sancta Radegondis de Gastiba », mais  souffrant d’avoir vu sa population diminuer de moitié ses 60 ans dernières années; au point d’apparaître aujourd’hui comme étant l’une des communes les moins peuplées de l’agglomération de Poitiers. L’une des plus éloignées aussi des centres décisionnaires. Sainte Radegonde ne manque pas d’intérêt et d’atouts. Pour preuve l’installation depuis quelques années sur ses terres d’ Asia Magnetic Winding Group (société française), spécialisée dans la fabrication de transformateurs et autres composants électroniques pour le ferroviaire, l’aéronautique, l’aérospatial civil et militaire, le médical ou encore les énergies nouvelles.

à voir l’église du village et l’élevage de chèvres angora de la Frétaiserie (fabrication artisanale, visite guidée et vente direct des produits de la ferme)